Edito – Extrême droite : alerte épidémique à l’échelle européenne

, par Résistances

Le virus Ebola est apparu pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo). Yambuku étant situé près de la rivière Ebola , c’est de là qu’est venu le nom de la maladie. La maladie à virus Ebola (autrefois appelée aussi fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle chez l’homme. On enregistre au cours des contamination un taux de létalité pouvant atteindre 90%.

Le virus LePen.1JM est apparu en France en 1928. Des flambées épidémiques surviennent cycliquement avec un premier foyer de contamination en 1972 avec la constitution du Front National fondé à l’origine par les néofascistes d’Ordre nouveau et d’autres groupuscules nationalistes. Il subit une première mutation en 1980 en rassemblant les différents courants de l’extrême droite (catholiques intégristes, anciens collabos, anciens de l’Algérie française) ainsi que des courants plus radicaux (solidaristes, nationalistes-révolutionnaires, néonazis, etc.). Depuis 2010, le virus opère un changement tentant de faire croire à une transmutation par camouflage bleu marine. Cela a pour conséquence une propagation accélérée dans les communautés par transmission neuronale interhumaine.

Or, l’effet masquant des pathogènes entourant le noyaux est biologiquement limité car, pour assurer sa survivance et maintenir son niveau élevé de virulence, le virus élève son niveau d’activité nuisible après une durée de retenue plus ou moins longue en milieu confiné jusqu’à attaquer de manière éruptive en milieu ouvert comme dernièrement :

« Monseigneur Ebola peut régler en trois mois » la question de « l’explosion démographique ».

Bien sur, le vecteur souche et d’honneur du Front National se défend de tout dérapage en qualifiant ses propos d’observation. Une simple observation s’impose donc et le diagnostique est indiscutable : le Front National et son dirigeant sont bien d’extrême droite.

Selon les projections, le risque de contamination est très élevé en France avec près de 25 % de la population adulte potentiellement touchée. D’autres foyers de contagion sont à prévoir dans d’autres régions européennes non immunisées contre l’islamophobiose, le sexisbelium, l’homophobis mutagène, exemples parmi d’autres répliquants pathogènes ou d’hybridations infectieuses à forte variabilité en terme de maturation. Pour éviter cette catastrophe sanitaire et de santé publique, seule la vaccination des idées est recommandable à grande échelle en utilisant des vaccins tels que l’Antifa flash ou le No-Pasaram 2 000.

Un article au hasard

Un autre futur pour le Kurdistan ?

Le Confédéralisme démocratique serait-il la dernière chance du socialisme ?
Alors qu’un peu partout dans le monde revient le débat sur la démocratie (représentative, participative ou directe), sur l’organisation (parti, autonomie ou fédéralisme), sur la stratégie (conquête du pouvoir ou action en marge), sur l’autre futur (État démocratique ou société sans État), la révolution que mènent les kurdes en Turquie et en Syrie apporte des réponses concrètes, particulièrement au Rojava libéré de Bachar al-Assad et de (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don