Moyaux ou le bal des menteurs

, par Résistances

Suite à un communiqué, publié le 17 février 2014 par la liste Un nouvel avenir pour Moyaux qui se présentait aux municipales 2014, sous le titre « Quand journalisme et politique se mêlent à Moyaux », un des journalistes de la presse locale nous demande de diffuser son droit de réponse au nom de la liberté d’expression. Aussi, nous reproduisons ci-dessous une partie du texte.

ou… les limites de la méthode Couéou encore… les conseilleurs ne sont pas les payeurs

par Pascal Desmoudt

« Tout ce que nous demandons, c’est que le narrateur soit sincère ; que jamais […] il ne dise quelque chose de faux ; nous demandons qu’après avoir écrit quelques pages […] le narrateur se livre à une autocritique aussi sérieuse que possible pour rayer tous les mots qui ne se rapporteraient pas à un fait strictement vrai, ou sur la véracité duquel il n’aurait pas une certitude totale. » Ernesto Guevara « Celui qui dit un mensonge ne prévoit point le travail qu’il entreprend ; car il faudra qu’il en invente mille autres pour soutenir le premier. » Alexander Pope

Chers amis de la liste Un Nouvel Avenir pour Moyaux,

Sans doute ne vous attendiez vous plus à une réponse de ma part concernant l’article que vous avez publié sur votre blog le 17 février dernier. Chaque chose vient pourtant en son temps opportun. Ce temps est venu.

Pourquoi maintenant ? Simplement pour que vous ne trouviez pas un nouvel argument de critique. Afin de n’avoir aucune influence sur la campagne électorale ni sur le résultat des urnes, j’ai préféré différer ma réponse. J’espère que vous apprécierez l’intention… Je n’aurai pas voulu vous retirer ne serait-ce qu’une seule voix… C’eut été dommage !

J’avoue avoir cependant hésité à publier à mon tour. Pourquoi ? Parce qu’on ne tire pas sur l’ambulance en général ; du moins est-ce mon point de vue. Mais là, en l’occurrence, je ferai exception vu le caractère particulièrement diffamatoire de votre publication. Et je reste poli.

En avant-propos, quelques précisions s’imposent :

Je parle ici en mon nom propre ; en tant que Pascal Desmoudt, pas en qualité de correspondant local de presse (que nous abrègeront CLP pour la suite), ni au nom d’un des journaux auxquels je collabore. Je ne me cache derrière aucun groupe ou groupuscule et assume pleinement et personnellement mes propos. Je m’adresse à tous les membres de la liste, afin que chacun ait connaissance d’un autre point de vue que celui qui leur a sans doute été présenté. Il n’y a là aucune volonté « revancharde », mais face à une telle attaque personnelle délibérée et mensongère, je ne pouvais que répondre. Enfin, détail technique, j’insèrerai vos propos dans mon article, histoire de rafraîchir les mémoires, et d’y répondre point par point. Avec quelques extras même.

Je vous invite à vous installer confortablement, avec un café ou un thé, car la lecture sera (hélas) longue. J’oubliais : mon ton pourra vous paraître parfois agressif, mais il n’est que la réponse à vos propos aussi calomnieux que nauséabonds.

Alors mettons tout de suite les choses au point ; oui je suis CLP (correspondant local de presse). En France, il y a environ 30 000 journalistes et… tout autant de CLP ; auxquels s’ajoutent environ 8 000 pigistes. Sans les CLP, la presse régionale et la locale n’existeraient plus. Mais vous n’avez sans doute rien contre les CLP en général (qui, non seulement ont un statut professionnel reconnu, mais aussi pour la plupart, dont moi, exercent cette activité en travail complémentaire) ; ce serait dommage que vous remettiez en cause arbitrairement les compétences des 29 999 autres… Admettons que vous considérez que je suis le seul « mauvais » alors.

Et le « simple » CLP que je suis vous remercie pour la leçon de journalisme. Il est vrai qu’on ne s’improvise pas journaliste, et je me présente toujours en qualité de CLP. Je dirai, modestement, que je connais quand même certaines règles. Deux principalement me viennent à l’esprit : introduire le débat contradictoire dans un article (autrement dit présenter les avis opposés pour que le lecteur se fasse sa propre opinion) et, surtout, vérifier la véracité, la justesse des informations que l’on avance. Donc, merci pour la leçon de journalisme et de géographie concernant les couloirs des écoles de journalisme.

Ah oui, j’oubliais un détail… Je suis journaliste. Oups !

Je vous ferai grâce de mon cursus et des quelques années d’études, vous pourriez y voir arrogance ou prétention (ce qui n’est pas du tout ma volonté), et nous passerons directement à mon premier emploi qui fut… journaliste. Et je précise journaliste professionnel. Vous savez, avec la carte de presse et tout le toutim. J’ai exercé pendant quelques années en presse écrite puis suis passé quelques années également en presse radio en qualité de… rédacteur en chef. Et parallèlement correspondant AFP.

Mon métier est bel et bien journaliste. Même si à un moment, tout en restant dans la presse, je suis passé du « côté obscur », celui de la publicité. Et il y a quelques années, je suis revenu dans le métier, en tant que correspondant (et donc en travail complémentaire), d’abord pour le plaisir d’exercer, et aussi, je ne le cache pas, pour « arrondir les fins de mois ».

Si, comme vous dites, « on ne s’improvise pas journaliste », vous, ou tout au moins votre « apprenti » rédacteur, auriez cependant dû en respecter au moins une des règles : ne pas donner de fausse information ! Là, c’est du mensonge et de l’attaque personnelle infondée pour le coup…

Je me permettrai quand même de préciser qu’en tant que journaliste j’ai interviewé bon nombre de politiques ; parmi lesquels 2 présidents français et un président étranger en exil en France, ainsi que x ministres (je n’ai pas tenu de compte…) et bon nombre de candidats à tous niveaux d’élections et jamais, je dis bien jamais, aucun n’a eu un comportement à mon égard tel que le vôtre ; alors même que certains papiers furent pour le moins « incisifs », contrairement à ceux vous concernant qui ne furent « qu’informatifs ». Et jamais aucun n’a appelé la rédaction en pleurnichant bouh il est très très méchant votre journaliste…

Enfin, et je conclurai sur ce point, ne dénigrez pas les compétences des CLP gratuitement (ou juste pour pouvoir me critiquer). A titre d’exemple, l’an dernier, un seul sujet publié par un des journaux auxquels je collabore a été repris par la presse nationale. Ce sujet a même fait l’ouverture du journal télévisé de France2. Et ce sujet ne venait pas d’un journaliste, mais d’un correspondant !

Ah oui, encore un détail : ce correspondant c’était moi. N’y voyez là aucune prétention, ce n’est pas mon genre, mais juste une fierté légitime du travail bien fait.

[…]

Ne vous en déplaise, la presse est indépendante du pouvoir politique tout comme je le suis. Mais de votre côté pouvez-vous en dire autant ? Votre liste « citoyenne » était-elle aussi indépendante qu’elle le prétendait de certains activistes politiques ? A en croire les récentes scissions au sein même de vos rangs (stigmatisant d’ailleurs votre « politique-politicienne non constructive pour Moyaux »), sans doute certains ont-ils ouvert les yeux sur les méthodes pour le moins douteuses d’autres.

Vous m’accusiez à tort de vous avoir traités de menteurs lors de votre conférence de presse, et dans votre torchon texte. C’était faux. Mais ici et maintenant je dis que celui qui a écrit ce torchon texte est un menteur et a volontairement déformé la vérité pour 2 principales raisons : se venger des articles qui n’ont pas plu et, à travers moi, diffamer également Michel Tesson. Des bassesses électoralistes que l’on prêterait plus à certains organes politiques qu’à une « liste citoyenne ». Jusqu’où va la manipulation et qui a été le marionnettiste ? Je vous laisse le soin de tirer vos propres conclusions. Et certains (ex) d’entre vous ont déjà trouvé la réponse !

J’ai répondu point par point à vos accusations nauséabondes et mensongères. Comme je l’ai déjà dit, il n’y a là aucun esprit revanchard, mais juste une mise au point qui me semblait nécessaire. En tant que correspondant de presse je continuerai à présenter la vie locale d’une manière tout aussi impartiale, y compris vous concernant ; en tant que personne, je ne peux que déplorer la bassesse dont vous avez fait preuve. Et la petitesse… je m’explique : à l’attention personnelle d’Emmanuel Grandval : lorsque vous venez assister à une séance de conseil municipal, inutile de venir me saluer hypocritement à la table de presse ! Je vous rappelle qu’en tant que tête de liste c’est vous qui êtes responsable des propos signés UnapM ; donc, après m’avoir traité de menteur, de voleur ou d’escroc et de personne à l’imagination malsaine, comment osez-vous me saluer ainsi comme si de rien n’était ?? La politesse a ses limites non ? J’ai beau chercher, je ne trouve pas de terme plus parlant qu’hypocrite ; ah si, peut-être tartuffe.

Voilà, j’ai fait le tour de vos mensonges ; contrairement à vous en apportant des éléments factuels et argumentés. Soyez rassurés, je ne porterai pas plainte pour diffamation ; j’ai déjà assez perdu de temps à me fendre de cette réponse et je sais garder la confiance des lecteurs Moyausains. Et comme je l’ai dit en introduction, je ne tire pas sur les ambulances… en général. En ce qui me concerne l’affaire est close.

[…]

Le 22 mai 2014

Un article au hasard

Le gouvernement veut imposer la loi travail avec le 49-3, nous répondons par la mobilisation pour le retrait !

Voilà maintenant plus de deux mois que la très controversée « loi travail » suscite une contestation active et sans relâche de millions de personnes mobilisées, déterminées à obtenir le retrait ce projet de loi, que ce soit dans nos universités, nos lycées, nos entreprises, dans la rue, sur nos places…
Alors que notre détermination n’a jamais été aussi forte, l’utilisation du 49-3 pour faire voter le projet de loi travail à l’Assemblée Nationale est un nouveau déni de démocratie. Pour rappel, le 49-3 est un (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don