De l’hommage à Clément à l’action pour mieux vivre ensemble

, par Résistances

Cette fin de semaine à travers la France entière des manifestations et rassemblements se dérouleront en hommage à Clément Méric et contre le racisme ainsi que toutes les formes de discrimination.

A Lisieux, nous répondons présents à cet appel en invitant lexoviens, augerons et normands en nombre au rassemblement qui se déroulera au jardin public en début d’après-midi du samedi 7 juin 2014. Un rendez-vous positif qui doit montrer notre volonté de cultiver le bien-vivre ensemble contrairement aux forces qui cherchent à nous séparer des uns des autres.

Le mouvement Antifa et Clément

Clément Méric, jeune homme tabassé à mort mercredi soir 5 juin 2013 à Paris par des skinheads, faisait partie de l’Action antifasciste Paris et banlieue, groupe de lutte contre la droite extrême qui s’inscrit dans la mouvance « antifa ». Héritiers des « redskins » anglais (par opposition aux skins de la droite dure), les antifas sont actifs en France depuis les années 80, au sein de collectifs comme Scalp (dont est issu No Pasaran) et Ras l’front, créés en réaction à la montée du Front national.

Des collectifs existent en Allemagne, Grèce, Russie, Biélorussie (où ils sont plus actifs du fait d’une présence plus importante qu’en France de groupes et partis racistes et néonazis) et aussi Italie, Espagne, Belgique, Autriche, Pologne, Ukraine…

« L’antifascisme étant un militantisme de veille, de dénonciation et de réaction à la montée des extrême droite, il est naturellement plus présent dans les pays confrontés à une activité néonazie importante. Il y a une permanence de l’antifascisme, qui se réactive régulièrement selon le contexte »,

explique l’historien Serge Cosseron, auteur d’un Dictionnaire de l’extrême gauche (ed. Larousse, 2007), même si certains, non sans raison, réfutent l’idée d’être mis dans des cases.

En Europe et en France, le mouvement Antifa se regroupe dans de petits collectifs plus ou moins reliés les uns aux autres, sans véritables organisations structurées, avec un fonctionnement horizontal. Depuis trois ans, le mouvement progresse sur le terrain notamment dans les villes de taille moyenne et en zone rurale où on constate une augmentation des agressions et des ratonnades.

Reflexes, Fafwatch et la Horde sont des sites internet d’informations des antifas. Reflexes et Fafwatch sont les plus en pointe dans l’étude politique et la dénonciation des groupes fascistes. La Horde cherche à mutualiser les informations et les ressources. Localement, le webzine RPA se veut être un des relais possible de toutes formes de luttes contre les discriminations.

La montée du racisme et autres discriminations n’est pas une vue d’esprit

Depuis plusieurs années, le phénomène de racisme est banalisé, les immigrés, les musulmans sont perçus de manière plus négative et le système d’intégration à la française est remis en cause tout comme la possibilité d’un « vivre ensemble », face à la montée des communautarismes.La CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme), ne cache pas son inquiétude face à « la persistance d’un tel phénomène dans un contexte de crise économique qui favorise le développement des craintes et des incertitudes ». Vu la conjoncture et le nombre de polémiques qui ont émaillé l’année 2013, la CNCDH n’a probablement pas fini de s’alarmer.

Avec prudence, elle s’inquiète de la montée des propos et des actes à caractère racistes, xénophobes et antisémites : la société française semble plus perméable aux phénomènes d’intolérance et de racisme.

Dans son dernier rapport, la CNCDH confirme une vision atomisée de la société française à travers d’études qualitative. La société apparaît toujours aussi atomisée aux yeux des personnes interrogées, et même davantage encore que l’an passé s’agissant de certaines catégories. Les populations majoritairement perçues comme des groupes à part dans la société française demeurent les Roms (77 %, inchangé) et les gens du voyage (74 %, +2). Suivent les Maghrébins (42 %, +2), les Asiatiques (38 %, inchangé) et les Noirs (19 %, – 2). Concernant les communautés religieuses, ce sont les musulmans (55 %, +4) qui sont les plus considérés comme formant un groupe à part dans la société, devant les juifs (26%, +1), les catholiques (12%, +6) et les protestants (12%, +2). Notons enfin que les homosexuels constituent un groupe à part pour 19% des personnes interrogées (inchangé).

Au-delà du ressenti et des considérations sociologiques, que disent les chiffres ? L’année 2011 avait officiellement connu 1256 actes et menaces à caractère raciste, xénophobe et antisémite ; 2012 en a compté 1539, soit une augmentation de 23% selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

En mais dernier, l’association SOS Homophobie dévoilait son nouveau rapport annuel et dénonçait cette violence et à cette haine décomplexées : avec 3 517 témoignages, 80 % de plus qu’en 2012, une agression physique tous les deux jours, jamais l’association n’avait enregistré autant d’actes lesbophobes, gayphobes, biphobes et transphobes qu’en 2013.

Le Front National

Petit rappel des axes politiques prioritaires de ce parti « comme les autres » :

– La préférence nationale pour couper « les pompes aspirantes » de l’immigration,

– Réformer le code de la nationalité,

– Rétablir la peine de mort,

– En finir avec un système fiscal accusé de « brider l’initiative et l’esprit de conquête économique » (Politis- 13 janvier 2011).

– Contre le remboursement de l’IVG (La Croix – 15 février 2011)

– Chasse aux sans-papiers et préférence nationale,

– Réduction des dépenses publiques (ce parti propose d’inscrire dans le préambule de la Constitution leur plafonnement à 35% du PIB !),

– Développement des régimes de retraite par capitalisation,

– Accession à la propriété au détriment du logement social.

D’autres thèmes permanents au fil du temps sont présents dans le programme de ce parti soucieux des couches populaires de la société française : rejet de l’Etat-providence, dénonciation des « rigidités réglementaires », notamment en appelant la simplification du code du travail, en limitant le droit de grève, etc.

Seule la vigilance, la lecture et l’analyse du programme (et non des tracts) doit permettre de dénoncer le double discours du FN qui, en divisant la classe populaire, fait le jeu des patrons.

Rassemblement du 7 juin 2014

Le 5 juin 2013, Clément était tué par des militants d’extrême droite. Un an après sa mort, des manifestations et rassemblements auront lieu en France et ailleurs entre les 5 et 7 juin 2014. A Lisieux, un rassemblement se déroulera à partir de 14h30 au jardin public samedi 7 juin. Moment d’hommage à Clément sorti malgré lui de l’anonymat en devenant un symbole à titre posthume de la lutte antifasciste. Son cas devenu emblématique n’est pourtant pas isolé. Nombreuses sont celles et ceux qui doivent affronter les oppressions. Elles prennent des formes multiples en France et en Europe (violences policières, expulsions, stigmatisations, islamophobie, lois racistes, remise en cause du droit à l’IVG…). Les récents scores électoraux du Front National ne sont pas là pour nous rassurer.

Un rassemblement militant et citoyen durant lequel chacun(e) pourra prendre librement la parole. Car ici il ne s’agit pas de valoriser telle ou telle étiquette, d’entretenir des rancœurs vis-à-vis de tel ou tel groupe, d’être plus antifascistes que les antifascistes. Cette lutte menée au nom du vivre ensemble est l’affaire de tous et toutes.

Clément, comme beaucoup d’antifascistes, pensait que les luttes politiques et sociétales ne se satisfont pas des moyens d’action « traditionnels », mais que nos combats gagnent à investir des domaines variés. C’est pourquoi ce samedi 7 juin à Lisieux doit être un point de départ à la fois en terme de réflexion et d’actions augeronnes et normandes, concertées ou directes, afin de rendre plus visible, lisible et efficace le combat contre toutes les formes de discrimination, avec la participation du plus grand nombre, car il est selon nous urgent de (re)prendre l’antifascisme au sérieux.

Collectif RPA, le 3 juin 2014.

Voir en ligne : La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie - Année 2012

Un article au hasard

Calvados : collaboration entre la Poste et le FN

Entre deux ou trois promotions, bricolage, produits de beauté et petits pois, vous prendrez bien un petit FN !
La CGT FAPT (ex PTT) regrette et condamne le fait que la direction de la Poste de Basse Normandie, à des fins purement commerciales, au mépris de la notion de service public, exige aux facteurs et salariés de ses filiales de distribuer des plis de propagande électorale non couverts, sous forme de tract publicitaire, entre autres pour le « service » d’un parti politique condamné à (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don