Brocéliande finira-t-elle aux ordures ?

, par Résistances

Le CODERST a voté pour le projet de décharge et d’usine le 22 janvier en Préfecture de Rennes (Conseil Départemental de l’environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques), au mépris de la majorité des avis défavorables recueillis lors des 5 enquêtes publiques menées.

Le préfet de la région Bretagne, Michel Cadot, a pris la décision finale de valider le projet de décharge le 13 Mars malgré une opposition locale des deux communes concernées, les nombreuses irrégularités dénoncées auprès des instances juridiques et une mobilisation populaire. Les atteintes à la biodiversité que les associations avaient dénoncées depuis des années sont bien réelles et effectives. La décharge déjà construite il y a des années (liée à un taux de cancers anormalement élevé chez les riverains) justifierait l’agrandissement de cette décharge selon le préfet. Les travaux ont démarré : Cette nouvelle décharge s’étendra sur 12 hectares. Elle est située à 40 mètres de la forêt de Paimpont et moins de 2km du château de Comper. Elle culminera à une hauteur de 13 mètres sur 500 mètres de long. Pour les spécialistes, elle représente un risque majeur de feux de forêts, de pollution des eaux (source de Paimpont et lac au duc à Ploërmel entre autres) et occasionnera des dégagements de biogaz. Sans compter le nombre de camions qui traverseront la forêt quotidiennement avec le risque d’accidents et la détérioration des routes du secteur. Une partie de la forêt de Brocéliande ne sera bientôt plus qu’ une vaste décharge.

Rappel des faits

La forêt de Brocéliande, réputée pour les mythes et légendes qu’elle renferme est un haut lieu de la légende Arthurienne et tout simplement une part essentielle du patrimoine breton et mondial. Le projet de méga décharge en lisière de la forêt de Brocéliande, à proximité de l’étang de Comper, met en danger la biodiversité de cette forêt, de par sa superficie et de la pollution même des rejets car n’oublions pas que la forêt de Brocéliande, outre son histoire mythologique, c’est aussi nombre de sources et d’espèces végétales et animales qui ne pourront que subir de plein fouet la contamination induite pas ce genre de traitement de déchets hautement polluant. Ce site historique est depuis 2004 un terrain d’affrontement entre d’une part des associations de défense de l’environnement et d’autre part une soixantaine de communes du centre Bretagne qui veulent construire en lisière de la forêt un centre d’enfouissement de déchets issus des différentes collectes (refus de l’usine TMB, Déchets Industriels Banals…) et une usine de traitement d’ordures ménagères (Tri Mécano Biologique) de 11.900m². Le site prévu sur la commune de Gaël au lieu dit Point-Clos aura une capacité de stockage estimée à 300 000 m 3 pour une durée de vie prévisionnelle de 15 à 20 ans avec un stockage quant à lui définitif. Adossée à une ancienne décharge d’environ 6 hectares contenant 330 000 tonnes de déchets, cette nouvelle zone occupera près de 12,6 hectares dont 7 ha dédiés au stockage des déchets et le reste étant réservé aux traitements des effluents.

Plusieurs associations de Brocéliande luttent activement contre ce projet lancé en 2003. De son côté le SMICTOM (Syndicat Intercommunal de Collecte et Traitement des Ordures Ménagères) affirme que ce projet est la seule alternative au transport des déchets vers un centre dans la Mayenne qui, lui aussi, a un coût sur l’environnement. Les actions de communication entreprises par les associations ont permis d’informer la population locale des risques économiques, sanitaires et environnementaux (risques de cancers, pollutions de l’eau et de l’air, risques d’incendies…) liés aux traitements d’ordures ménagères et au compostage de déchets organiques. Les investigations et actions juridiques menées dans ce cadre ont abouti au blocage de ces projets menés au mépris de la législation environnementale. Lors de son jugement de mars 2010, le tribunal administratif de Rennes a annulé le permis de construire du 17 novembre 2006 accordé par le préfet d’Ille-et-Vilaine au SMICTOM Centre Ouest 35 et les arrêtés autorisant l’exploitation d’un centre d’enfouissement et d’une usine de traitement d’ordures ménagères. Ce jugement est aujourd’hui définitif car aucun appel n’a été formé. Un coup d’arrêt a donc été donné à ce projet dans un contexte de forte contestation. Malgré cela de nouvelles autorisations également contestées ont été à nouveau délivrées pour ce projet de création d’un site dédié aux déchets à la porte de Brocéliande et la menace persiste…

En 2011, le SMICTOM a déposé un nouveau dossier pour le même projet, afin de solliciter à nouveau un permis de construire pour l’usine et une autorisation d’exploiter pour l’ensemble des installations (usine et centre de stockage). Le permis de construire a été délivré en octobre 2011 et a aussitôt fait l’objet d’un recours contentieux, de la part des Associations Sauvegarde de Brocéliande, Assure, SOS Brocéliande, mais encore de la Commune de GAËL qui dans l’intérêt de ses administrés s’oppose à l’implantation du projet sur son territoire (dossier en cours).

En 2012, a eu lieu une nouvelle enquête publique (la 5éme) relative à l’instauration des servitudes d’utilité publique dans le périmètre des 200 mètres des zones à exploiter. De nouveau, le commissaire enquêteur donne un avis favorable, malgré les remarques entièrement défavorables sur ces projets de la part de la population, des associations et des municipalités de Gaël, Concoret et Muel, qui sont venu déposer leurs avis dans les registres. Même l’ONF (Office National de Forêts) a montré son désaccord avec le SMICTOM sur les projets. La ZNIEFF est toujours là, la zone de risque majeur de feux de forêts avec enjeux humains également, les zones humides et réseaux aquifères sont toujours présents, le projet est toujours situé en tête de bassin versant, etc. L’ancienne décharge rejette toujours des « biogaz » et des jus de fermentation dans l’environnement (déchets à même le sol), on observe d’ailleurs une forte concentration de décès par cancer à la périphérie du centre d’enfouissement particulièrement sur la partie GAEL ( au sud de la décharge) dans un périmètre de 2 km où sur 21 décès, 17 sont dus au cancer (81 %) depuis1984…’

Un article au hasard

Caravane de solidarité avec le peuple sahraoui

S’est réuni à Caen, ce jeudi 25 avril 2013, le Comité de Basse Normandie « pour la solidarité avec le peuple sahraoui, pour la libération des prisonniers politiques sahraouis et pour le respect du droit international au Sahara occidental », dernière colonie d’Afrique, occupée par le Maroc depuis 1975.
Les élus cheminots du comité d’entreprise régional de la SNCF de Normandie (CER/SNCF) et les membres de l’AARASD (Association des Amis de la République Arabe Sahraouie Démocratique) ont finalisé l’organisation (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don