Les cheminot.es défendent l’intérêt général

, par Résistances

Toujours moins de droits pour les salariés d’un côté, toujours plus de richesses pour les riches d’un autre côté. Est-ce que cette politique injuste va améliorer le ferroviaire ? La réponse est clairement non. Le gouvernement laisse la SNCF se débrouiller avec sa dette. Cette dette est pourtant une dette de l’État, au même titre que la « dette du réseau routier ».

Est-ce qu’une privatisation va améliorer le ferroviaire ? Là encore, la réponse est clairement non. Les patrons appliquent les critères de rentabilité du privé à la SNCF depuis des dizaines d’années. Ces critères se traduisent notamment par des dizaines de milliers de suppressions de postes, par un manque chronique de moyens pour assurer un service public de qualité, par une priorité au TGV dictée par le clientélisme, par un grand zèle à appliquer les directives européennes. Le résultat, c’est le déclin du ferroviaire.

Mais la privatisation du ferroviaire est en marche parce que les inégalités sont en marche. Ce qui se met en place, c’est un agrégat de multiples business, subventionné par l’État, qui n’a rien à voir avec un service public de qualité.

D’après l’ONG Oxfam, en 2017, 32 milliardaires français possèdent à eux seuls autant de richesses que les 40 % les plus pauvres de la population française. Dans le même temps la fraude fiscale se chiffre en dizaines de milliards d’euros. Nous n’avons pas tous et toutes les mêmes chances de réussir socialement. Qui sont les vrais privilégié.es ? Qui parasite la société, les actionnaires ou les travailleur.ses ? Mais le gouvernement persiste à sacrifier les intérêts du plus grand nombre à ceux d’une infime minorité, il sécurise les possédants et il précarise les salarié.es. Réussir à la sueur du front des autres : voilà l’idéal pourri de Macron et de ses sbires.

Les ordonnances de Macron n’ont rien de démocratiques. Les « réformes » du gouvernement des riches sont en fait des agressions contre tous les salarié.es. Nous sommes dans un rapport de forces. Alors franchissons le pas qui va de la défense de l’intérêt général au déclenchement de la grève générale. Agissons pour que le mouvement des cheminot.es soit le point de départ d’une grève générale reconductible de tous.tes les salarié.es.

Il y a au moins un bénéfice immédiat que beaucoup d’entre nous peuvent tirer de la situation : c’est apprendre à lutter collectivement, seule façon d’obtenir des avancées sociales. Salarié.es, chômeur.ses, jeunes, retraité.es, étudiant.es, précaires, multiplions les assemblées générales publiques. Pour échanger sur nos expériences de luttes et décider d’actions communes, pour faire avancer toutes nos revendications.

Pourquoi nos luttes ne convergeraient-elles pas vers le projet d’une société plus juste ? Pourquoi les entreprises, y compris la SNCF, ne deviendraient-elles pas des lieux démocratiques, où les salarié.es se sentent chez eux ? Pourquoi ne pas nous attribuer les moyens de contrôler nos vies ? C’est à nous tous et toutes de décider...

Intervention d’Alternative Libertaire à Orléans, le 30 mars 2018

P.-S.

Les cheminot.es défendent l’intérêt général :

- Parce qu’ils et elles luttent pour un grand service public ferroviaire, qui réponde aux besoins sociaux de transport et aux impératifs écologiques.
- Parce qu’ils et elles luttent contre la spirale de la dégradation du droit du travail. Hier le code du travail était attaqué. Aujourd’hui c’est le statut de cheminot…

Un article au hasard

Rassemblement en solidarité avec le peuple grec

Le rejet des politiques d’austérité a été un signal fort, lancé par le peuple grecque, aux oligarques européens. C’est la première fois que la population et le monde du travail grec transforme dans les urnes la colère de la rue, via Syriza. Nous sommes nombreuses et nombreux à penser que le rejet des politiques d’austérité peut être un moment historique et déclencheur pour mettre à mal cette Europe de la finance, cette Europe qui use et qui détruit, chaque jour un peu plus, l’espoir des peuples à coup de (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don