Concert de soutien aux exilé-e-s et à l’AG de Lutte Contre Toutes les Expulsions

, par Résistances

Depuis ces bientôt 5 ans de luttes, la situation ici et ailleurs n’a cessé de se dégrader et le harcèlement des migrant-e-s continue. A Caen, et à Ouistreham, malgré les luttes locales et le soutien apporté par une partie de la population, la gendarmerie continue d’expulser les migrant-e-s des abris de fortune, de confisquer les affaires et d’essayer de casser toutes les formes de solidarité. De son côté, Twisto (société Keolis, opérateur privé de transport public partenaire de Caen la Mer et du Calvados) collabore de manière étroite avec la Préfecture, notamment sur la ligne 61 menant à Ouistreham : interdiction de monter dans des bus pour des personnes étrangères ou stigmatisées comme telles, consignes aux contrôleur-se-s de transférer des informations à la police en vue d’interpeller des migrant-e-s, etc. Au niveau du logement, les expulsions de squats continuent avec tout dernièrement celle d’un squat de Fleury-sur-Orne (23/02), marquée par un déploiement policier totalement disproportionné : presque autant de fourgons de police que d’habitant-e-s qui n’auront droit qu’à un relogement temporaire… avant de devoir retourner à la rue.

Le gouvernement actuel joue la carte de la continuité et de la fermeté. La prochaine « loi Asile-Immigration » marque la volonté de durcir les politiques migratoires. L’objectif principal est de dissuader l’arrivée des migrant-e-s en France en compliquant encore plus les démarches de demande d’asile (réduction des délais de dépôt, allongement de la rétention, etc.). En bref, l’Etat continue d’assumer le non-respect de ses propres obligations légales et renforce ses politiques xénophobes et sécuritaires.

On assiste depuis des années à l’établissement d’un réelle mise en concurrence des précarités, issue d’une stratégie globale de multiplication des attaques antisociales (retraites, assurance chômages, régimes spécifiques, sécurité sociale, etc.). Les discours politiques et médiatiques ne cesse d’opposer les migrant-e-s, les chômeur-se-s et autres précaires à l’ensemble des salarié-e-s qui, pendant ce temps, continuent de se bouffer les restructurations, la casse du Code du Travail et autres plans de licenciements qui les amèneront à rejoindre ce premier groupe. On nous vend la haine et la méfiance de l’autre tandis que les trop rares tentatives d’organisations collectives subissent les répressions policières et judiciaires. N’oublions pas trop vite les 66 milliards de cadeaux fiscaux faits au patronat ces dernières années. N’oublions pas trop vite que toujours plus d’argent est alloué à Frontex, l’armée semi-privée de l’Europe destinée à la protection des frontières tandis que ces dernières années ont été parmi les plus meurtrières pour les migrant-e-s tentant le passage. En réalité, la dégradation des droits des migrant-e-s, de leurs conditions de vie et d’accueil s’inscrit dans une politique ancienne, progressive et systématique de dégradation générale des droits sociaux, des conditions de vie et de travail afin de maintenir les profits capitalistes.

Qui sommes nous ?

Depuis juin 2013, suite aux diminutions de financement des centres d’hébergement d’urgence de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (D.D.C.S.), s’est constituée l’Assemblée Générale contre toutes les expulsions de Caen qui mène depuis lors une lutte en soutien aux migrant-e-s expulsé-e-s des centres d’hébergement d’urgence et maintenu-e-s à la rue par l’Etat français. Elle se réunit de manière hebdomadaire. L’AG s’inscrit de ce fait dans une dynamique de convergences avec les autres luttes locales (participation à des assemblées interluttes durant les mouvements sociaux, liens créés avec des luttes de salarié-e-s, relais d’informations des collectifs locaux, etc.), considérant que l’ensemble des politiques antisociales sont issues d’une même logique et qu’il est plus que temps de nous organiser collectivement et de manière indépendante entre expulsé-e-s et personnes solidaires afin de lutter par l’action directe contre ces politiques anti-sociales, la spéculation immobilière et la xénophobie d’Etat.

Nous organisons un concert de soutien aux personnes migrantes et à l’AG de Lutte contre toutes les expulsions samedi 17 mars 2018 de 18h30 à 22h à La Fermeture éclair à Caen, 23, quai François Mitterrand. L’entrée est à prix libre. Cet argent servira à acheter de le nourriture et des produits de première nécessité. Vous pouvez aussi apporter des sacs de couchages ou des tentes qui seront distribuées aux migrants.

Un article au hasard

Municipales : battre la droite et changer de cap !

Le résultat du premier tour des élections municipales est une sanction, un avertissement, une alerte !
C’est un 21 avril municipal. La sanction infligée aux candidats PS ou aux listes communes dirigées par des socialistes est forte. Elle est le résultat d’un abstentionnisme important à gauche signe d’un désaveu massif de la politique menée par le gouvernement, sans que la droite ne fasse le plus souvent plus de suffrages qu’en 2008. La bonne résistance des écologistes, du Parti communiste ou des listes (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don