Brigade de rencontres et de solidarités

, par Résistances

De la Bretagne au Pays Basque, continuons d’enraciner la ZAD. Brigade de rencontres et de solidarités du 24 mars au 1 avril 2018, à l’Ambazada et à la Wardine

Après l’arrêt des centrales nucléaires de Plogoff et du Carnet en Bretagne, de l’extension du camp militaire au Larzac et la fermeture de la centrale de Lemoiz en Pays Basque, l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est une nouvelle victoire populaire.

Elle a été obtenue grâce à la diversité des composantes opposées au projet, aux habitant-e-s de la zone à défendre et aux soutiens portés de toutes parts. Elle donne des ailes à d’autres luttes ainsi que la possibilité de créer ou de renforcer, sur ce territoire maintenant libéré d’une menace d’infrastructure inutile, une multitude de projets afin de poursuivre le travail entamé.

C’est poussé-e-s par ces convictions qu’en Bretagne comme au Pays Basque, nous nous sommes battus contre ce projet d’aéroport et avons soutenu la ZAD. Nous sommes aussi venu-e-s construire l’Ambazada et nous voulons maintenant transformer un essai : continuer de prendre part à sa réalisation afin d’inaugurer cette cabane internationale et intergalactique qui permettra des rapprochements et des convergences des peuples et des gens du monde entier.

Répondant à l’appel commun lancé pour donner un coup de main à cette construction et connaître la situation et les perspectives de la ZAD, une nouvelle brigade est en préparation pour la dernière semaine de mars 2018. Des collectifs bretons solidaires de NDDL se joindront aux Basques et aux habitant-e-s de la ZAD. Tout au long de cette semaine, des rencontres, conférences et fêtes seront organisées à la Wardine, autour notamment des questions basque et bretonne, leurs histoires, leurs langues, leurs luttes... En Bretagne, la victoire contre l’aéroport n’est qu’une première étape. En plus de la lutte menée par la trentaine de collectifs de soutien à la lutte de Notre-Dame des Landes en Bretagne, des dizaines de collectifs sont en lutte contre des projets destructeurs : contre une centrale à gaz à Landivisiau, une mine d’or dans les Monts d’Arrée, contre l’extraction de sable en baie de Lannion, contre les mines, encore, dans le Trégor, contre une rocade dans la vallée du Restic au nord de Brest, et tant d’autres. C’est de toutes ces luttes, mais aussi des luttes linguistique, culturelle, sociale, féministe... que l’Ambazada doit se faire l’écho. Concernant le Pays Basque, cela fait maintenant deux ans que divers collectifs sont en lien étroit avec la ZAD. Un échange des pratiques et des pensées a ouvert les un-e-s et les autres sur des réalités et des manières d’agir. Tout en découvrant un lieu gorgé d’autogestions et de complémentarités, les Basques ont voulu, à leur tour, porter la voix des peuples niés par les États-nations dominants. Le camp autogéré, les rencontres intergalactiques et le chantier collectif Ambazada d’août dernier ont permis de rencontrer des dynamiques d’autres lieux encore, et cet enrichissement mutuel et pluriel va continuer de plus belle.

Quel que soit le futur de la ZAD, une chose est certaine : c’est dans la consolidation de chaque projet entamé et dans l’union des forces que nous pèserons ensemble dans la balance. Gageons que face à un risque d’expulsion imminent ou de légalisation à la française, nous rassemblerons l’appétence et les moyens nécessaires à enraciner l’avenir de la ZAD, dans un climat apaisé et constructif. Afin de semer, dès aujourd’hui, les graines d’une nouvelle forme politique de territoire dégagé du centralisme jacobin et de ses filiales énergétiques, doté d’un fonctionnement commun librement choisi et défini pas ses habitant-e-s.

Voir en ligne : Ambazada

Un article au hasard

Non, il n’y a rien à sauver, rien à négocier dans la loi Travail : retrait total !

Attaque sans précédent contre les employé-e-s, la loi dite El Khomri donne un nouveau coup d’accélérateur violent pour toujours plus de flexibilité et de précarité. Faisant suite à la loi Macron 1, ce nouveau cocktail à base de macronite khomrisé n’est pas une simple réécriture du code du travail mais bien sa destruction.
Le 31 mars 2016, les organisations lexoviennes CGT, FO, Solidaires, Alternative Libertaire et le NPA appellent les salarié-e-s, lycéen-nes et étudiant-e-s, précaires et privé-e-s (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don