Réfugiés : organisons la résistance, la désobéissance et la solidarité

, par Résistances

« Si l’étranger est indésirable, il convient de prendre les mesures d’éloignement qui paraîtront justifiées… Si l’étranger, sans être indésirable, a la faculté de quitter la France, il y aura lieu de le faire dans un délai à fixer » proclamait une circulaire du Ministère de l’Intérieur français du 5 août 2039, pardon de 1939. Le temps passe ; les discours restent les mêmes…

Hier, des camps d’internement ; aujourd’hui, des centres de rétentions.

Hier, non contentes d’avoir colonisé et dominé le monde, d’avoir instrumentalisé et entretenu la traite négrière, de continuer à piller les richesses planétaires et d’exploiter les travailleuses et travailleurs d’ici et du reste du mode, l’Europe et la France capitalistes s’acharnaient à jeter ses immigrés après usage, en massifiant leur emprisonnement. Aujourd’hui, même le droit d’asile est restreint voire en danger.

Hier déjà, nous dénoncions les aspects sombres des politiques de l’Europe forteresse et étions toutes et tous aptes à poser les bonnes questions, souvent chacune et chacun dans son coin, sans toujours réussir à formuler les bonnes réponses.

Aujourd’hui, en partant de toutes les expériences concrètes, nous nous devons d’explorer toutes formes de luttes et proposer une coordination adéquate pour faire front face aux institutions étatiques répressives et autoritaires ainsi qu’aux forces brunes qui sortent de plus en plus du bois. Coordination visant notamment à nous tenir informer des actions menées ici ou ailleurs, à créer ou renforcer des liens solidaires entre les groupes agissant, à mettre en place des boites à outils à destination de toutes les initiatives collectives (déjà à l’œuvre sur le terrain ou futures), et organiser des actions communes (comme celle de ce samedi 16 décembre à Briançon, Menton, Ouistreham).

Hier et aujourd’hui, leurs frontières entre les peuples assassinent. Renversons- les, pour que nul être humain soit considérer comme étranger et illégal !

No Pasaran ! Résistances !

Collectif Alternative Libertaire du Pays d’Auge
contact : paysdauge [@] alternativelibertaire.org

Une pensée, un rassemblement, des dons ou d’autres actions ... et si on se rassemblait pour et avec eux à Lisieux ?

Voir en ligne : Photos de la mobilisation de Ouistreham du 16 décembre 2017

P.-S.

Le gouvernement souhaiterait réduire de 1 mois à 15 jours le délai de recours garanti au demandeur d’asile en cas d’échec devant l’Ofpra. Cela ne réduira que marginalement les délais de procédure ; les demandeurs d’asile, qui maîtrisent mal la langue française et la langue juridique, seront mis sous tension pour exercer leurs droits ; les risques de recours hors délais se multiplieront ; on va dégrader la qualité des conditions dans lesquelles ils peuvent se défendre.

De même, il serait question de remettre en cause l’effet suspensif du recours pour les demandeurs d’asile en procédure prioritaire. En autorisant l’éloignement avant la fin de la procédure d’asile, la France mettrait en péril la vie de centaines des demandeurs d’asile risquant d’être renvoyés avant d’être reconnus réfugiés par la Cour nationale du droit d’asile.

Par ailleurs, privant temporairement de liberté des individus dans le but de procéder à leur éloignement, la rétention est, selon le droit européen qui impose un contrôle de proportionnalité, un régime d’exception à utiliser en cas d’ultime recours et sa durée maximale une garantie contre ses effets fragilisants. Il est dès lors préoccupant de prévoir l’allongement de la durée maximale de placement en rétention de 45 à 90 jours, alors même que la durée moyenne de rétention était de 12 jours en 2016 et qu’un éloignement a très peu de chances d’être exécuté s’il n’a pas lieu dans les premiers jours.

Quant à l’introduction du concept de pays tiers sûr, afin de permettre de déclarer irrecevables les demandes d’asile formées sur notre sol sous prétexte qu’elles pourraient être traitées par des États non européens qui présenteraient des garanties de protection équivalentes, elle nous mettrait sur la voie d’une fermeture progressive de notre droit d’asile à des personnes en réel danger.

Un article au hasard

Convergence des luttes contre toutes les expulsions

La précarisation, lente et progressive, de couches de plus en plus larges de la population attaque de manière déchirante toutes les catégories les plus faibles de la société. Elle met en péril de plus en plus de familles, de personnes isolé·e·s, d’étudiant·e·s, de précaires, de travailleurs-euses pauvres..., jusqu’à la possibilité de payer leurs loyers ou même de trouver un toit. La baisse des APL en septembre dernier, atteste du caractère antisocial du gouvernement. Partout le 31 mars va signifier, avec la (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don