Un éclairage sur la position des libertaires vis-à-vis de l’indépendance de la Catalogne

, par Résistances

Si la majorité des catalan(e)s était et est toujours d’accord pour s’exprimer au travers d’un référendum sur l’indépendance de la catalogne, les catalan(e)s sont très divisé(e)s sur l’indépendance elle-même. On retrouve dans les rangs indépendantistes aussi bien une droite catalane, que des conservateurs, qu’une gauche anticapitaliste avec la CUP. Les non favorables à l’indépendance sont également de différents horizons politiques. Il n’y a donc pas là de réel clivage politique.

Si l’indépendantisme catalan est né au début du XXe siècle dans les années 20, le communisme libertaire a une histoire plus ancienne encore. Né à la fin du XIXe siècle avec les militants de la première Association Internationale des Travailleurs, le communisme libertaire a donné naissance en 1910 à Barcelone à la CNT « Confederacion National del Trabajo ».

Cette organisation anarcho syndicaliste, avec pour objectif l’instauration du communisme libertaire, s’est scindée en 1977 en 2 organisations : la CNT et la CGT « Confederacion General del Trabajo ».
A plusieurs occasions des proclamations de la république catalane ont été tentées. Des proclamations du communisme libertaire ont également eu lieu dans différentes communes de catalogne bien avant 1936 et le début de la révolution espagnole.

Les libertaires ont toujours été en retrait face aux velléités d’indépendance de la Catalogne. Ainsi en 1934 la CNT refusa de collaborer avec la tentative de proclamer « l’état catalan sous la forme d’une république catalane ».

Aujourd’hui le référendum catalan, la répression qui s’en est suivie ont semé le trouble dans les rangs libertaires et ont été source de tensions internes, certains libertaires s’impliquant dans la défense du référendum et prévoyant très tôt une grève générale 2 jours après le référendum, grève générale détournée de son sens, par l’appel à « l’arrêt général » convoqué par d’autres organisations et soutenu par le patronat catalan.

La CGT, puis la CGT avec la CNT et Solidaridad Obrera ont depuis, décidé d’affirmer leur position libertaire dans 2 communiqués en octobre de cette année.

Les anarcho-syndicalistes y défendent l’émancipation de tous les travailleurs et travailleuses de Catalogne et du monde entier. Ils défendent le droit à l’autodétermination de tous les peuples, mais pas dans le sens où l’entendent les partis et les organisations nationalistes.
Pour les anarcho-syndicalistes, l’autodétermination passe plus par le contrôle de la production et de la consommation par les travailleurs et les travailleuses, par une démocratie directe de bas en haut, organisée selon les principes fédéralistes, que par l’établissement d’une nouvelle frontière ou la création d’un nouvel État.

Les anarcho-syndicalistes ne soutiennent pas la construction d’un état quel qu’il soit, ni sous forme de république ni sous une autre forme. Ils ont dans leurs statuts, la lutte contre tous les états, et continueront de défendre et d’encourager la disparition des états-nations.
Ces organisations qui se réclament du communisme libertaire font partie de la classe ouvrière et n’acceptent pas de participer à des processus interclassistes de gestion territoriale, main dans la main avec ceux qui exploitent la population.

C’est ce qui fait qu’aujourd’hui, les libertaires en Espagne et en catalogne en particulier continueront à lutter dans la rue pour la défense des droits des travailleurs et des travailleuses, contre la répression qu’elle vienne de l’état espagnol ou du gouvernement de la Generalitat de Catalunya. Parce que la vision des libertaires est une vision classiste, fédéraliste, internationaliste, autogestionnaire.

Un article au hasard

Délai supplémentaire pour finir l’EPR de Flamanville

Le décret accordant 3 ans supplémentaires au décret d’autorisation de construction de l’EPR vient de sortir : Sans surprise, dans la confusion institutionnelle actuelle, l’État passe outre aux réglementations. Sans nouvelle enquête publique, le décret d’Autorisation de Construction (DAC) de l’EPR est prolongé de 3 ans par le Gouvernement, à la demande d’EDF.
Il est sorti, un hasard, le 23 mars, le jour même où Bernard Cazeneuve, ex Maire de Cherbourg et nouveau Premier Ministre, pro-nucléaire notoire, est (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don