Conférence débat Contre Linky et la vie connectée

, par Résistances

Animée par le collectif "PMO - pièces et main d’œuvre" sur une idée du collectif Stop Linky pointe de Caux, le samedi 4 novembre à 18h chez Piednu, Fort de Tourneville, Le Havre. Participation libre - buvette

Alors que ERDF déploie les nouveaux compteurs communicants depuis décembre 2015, les refus sont recensés chaque semaine plus nombreux. Des particuliers, des collectifs et des communes (par la voix de leur conseil municipal) disent spontanément “non” à Linky. On n’avait pas vu ça depuis la campagne de vaccination contre le virus H1N1.

Comment avons-nous pu vivre sans ? Linky : c’est le petit nom du nouveau compteur électrique qu’EDF a décidé d’installer dans toute la France, entre aujourd’hui et 2021. Adieu les anciens (mais non périmés) compteurs qui ne faisaient que compter ; bienvenue aux « compteurs intelligents » ! Linky pourra enregistrer votre consommation et ses variations, faire intervenir EDF à distance, à terme piloter vos appareils, et surtout d’ors et déjà transmettre en temps réel ces données à EDF. C’est la « première brique des réseaux intelligents électriques » et vous êtes donc priés d’entrer dans la « convivialité cybernétique ». D’ailleurs, on ne vous demande pas de réfléchir, ni de décider : EDF change les compteurs sans demander d’accord ni à l’utilisateur ni aux collectivités propriétaires du réseau. C’est que le projet Linky est porté par toute la classe dirigeante. Dès 2013, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault avait promis la pose des compteurs intelligents chez tous les Français et le Parlement a voté la « loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte » le 17 août dernier, ouvrant la voie légale au grand changement. Bien avant même, l’Etat avait largement subventionné les recherches scientifiques en lien avec les industriels. Pièces et Main-d’œuvre a bien montré la collusion université-industrie-pouvoir à Grenoble, où le projet a pris forme. Là, pas de temps à perdre avec la société civile. François Brottes, député de l’Isère puis désormais président de RTE filiale d’EDF, l’annonçait fièrement : « « Ici les élus ont été vaccinés à la high-tech, cela permet d’avancer plus vite et d’éviter de se poser des questions métaphysiques. »

Bref, la population n’avait rien à dire ; les « décideurs » avaient décidé. Et puis, tous l’ont dit solennellement : Linky va permettre des économies d’énergie… c’est-à-dire sauver la planète !

Dans le déploiement de Linky lancé en décembre 2015 et prévu pour se dérouler sans souci… et sans débat, un petit caillou s’est fichu dans la botte du géant EDF : des Français refusent la petite boîte fluo intelligente ! Certains n’ouvrent pas leur porte aux agents de l’entreprise déléguée ; d’autres mettent barres de fer et cadenas devant leurs compteurs. Parfois, ils arrivent à faire voter le refus par leur commune. Face au projet de l’élite technophile, on trouve donc un mouvement spontané – seules quelques associations (Robin des toits, Priartem…) les soutiennent, local – le plus souvent, c’est la discussion entre voisins qui lance le combat, et citoyen – loin des partis et des lobbies traditionnels. Pas d’étiquettes, ni de structures, encore moins de figures médiatiques. Seulement des hommes qui décident de ne pas accepter sans comprendre. Pour eux, Linky doit être repoussé au nom de :

- La santé : le compteur intelligent induit pour la transmission des données l’usage du CPL et du réseau GSM, avec dans les quartiers des concentrateurs et des antennes-relais, donc une nouvelle pollution électromagnétique.
- La protection de la vie privée : l’usage des appareils domestiques est enregistré (pour l’instant sans transmettre beaucoup de détails) en passant par une puce. Des infos sur vos faits et gestes viennent s’archiver dans le big data.
- La défense de l’humain face à la machine : quelques 6000 postes d’agents de terrain chez EDF seraient supprimés à terme par la boîte intelligente. Il faut bien compenser le coût des 35 millions de LINKY déjà fabriqués et leur pose !

Les frondeurs ont donc voulu rechercher ce qu’on leur demandait d’accepter, et ils y ont vu un compteur plus dangereux qu’intelligent.

Bien sûr, d’aucuns y verra un mouvement insignifiant : encore peu nombreux, ils ne comptent pas dans le paysage politique français. Mais leur valeur est ailleurs. En fait, cette lutte a vraiment du sens. C’est d’abord la détermination de citoyens face au diktat d’un grand groupe économique, ce qui est assez rare pour être mis en avant. C’est aussi, sur le plan idéologique, la remise en cause chez certains de l’imposition du « Progrès » par en haut et a contrario la promotion du principe de précaution et d’autres solutions que celles promues par le « techno-totalitarisme ». Car Linky est bien la première étape pour entrer dans la smart Planet, une Terre où tout serait connecté et surveillé par la machine. Même l’argument de l’économie d’énergie passe mal : on commence à bien sentir que pour préserver notre « maison commune », il faut changer de mode de consommation plutôt que d’installer une innovation technologique participant à « l’Enfer vert ». Cette lutte est enfin celle du peuple contre la machine. La smart Planet entre chez nous par effraction, mais parmi nous des veilleurs ont guetté : on ne peut accepter l’incarcération de l’homme dans le monde-machine. Il ne faut pas sauver la planète en détruisant l’humain. Finalement, on se pose des « questions métaphysiques » encore en France, contrairement à ce qui se passe dans la techno-cité grenobloise ! On s’approche ici d’une lutte d’écologie intégrale venue de la base.

Bien sûr, cette révolte ne triomphera pas. Et ce n’est pas la révolution de structure attendue.

Mais n’y trouve-t-on pas, comme chez les luddites du XIXe siècle, le panache et un certain sens de l’honneur humain qui pourra nous sauver… demain ?

Un article au hasard

Culture : le Synavi interpelle les candidats aux municipales de Caen

Le Synavi Basse-Normandie, syndicat représentant les structures employeuses du spectacle vivant de petites et moyennes importance, interroge dans une lettre envoyée aux candidats aux élections municipales 2014 de Caen les politiques pour la défense d »une culture de proximité…
1. Par le présent document, le Synavi de Basse Normandie souhaite obtenir des candidats de l’élection municipale de Caen des réponses les plus précises possibles à des questions qui concernent tout le secteur des arts vivants de (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don