Accaparements des terres : cinq militants arrêtés au Mali

, par Résistances

Le 27 juillet 2017 cinq militants des Associations Siyôroko et Sini de Senou en C.VI du District de Bamako, membres de l’UACDDDD ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction OUATTARA Dramane du tribunal de grandes instances de la CVI du district de Bamako.
Les nommés Madou TOGOLA Secrétaire Général de l’Association Siyôroko et Trésorier de l’Association Sini de Senou, Daouda TRAORE Secrétaire aux relations extérieures de Siyôroko, Hamadi TESSOUGUE Secrétaire Général à l’Organisation, de Siyôroko, Assitan DIAKITE Secrétaire à l’Organisation de Sini, Fanto DIARRA militant de Association Sini, tous membres de l’UACDDDD/ NOVOX-Mali et de la Convergence Malienne contre l’Accaparement des Terres (CMAT).
Pour la résolution du problème foncier de Senou, à la demande de l’UACDDDD, la Mairie de la CVI a procédé à la réhabilitation de la zone spontanée dans les balises de l’aéroport de Senou suivant la délibération n°004/M-CVI-DB de la Mairie,en sa session ordinaire du 22 au 28 Mars 2016.
Les personnes interpellées vivent tous dans leur maison à Senou. Puis qu’ils sont tous responsables des 2 Associations Siyôroko et Sini qui se battent depuis 1995 pour le recasement des déguerpis victimes de la démolition de leurs habitats dans la zone pour des raisons d’aéroport, qu’ils sont arrêtés pour leur rôle de défenseur des droits humains auprès des victimes de la démolition de leurs habitat

Le dessous de cette affaire, est que cette zone d’environ 93 hectares est loin d’être un aéroport ou la servitude d’un aéroport. Cette zone a fait l’objet d’une autre décision d’attribution du Maire du District de Bamako au profit des grands spéculateurs, des hauts fonctionnaires de l’administration, de la justice, de l’armée au détriment des victimes déguerpis en lutte pour leurs droits depuis 1995.
Ce qui est à noter dans cette affaire, est que le Maire du District statutairement n’a aucune compétence de prendre une décision d’attribution sur cette zone. Puis que sa décision fait l’affaire de l’élite nationale en violation flagrante des droits des victimes légitimes de la zone, et que les responsables arrêtés, actifs au sein de l’organisation des victimes gênent leurs intérêts sordides. Il faut donc faire appel à un juge corrompu pour les faire taire.
Les mêmes scénarios se passent actuellement dans la zone des 7 villages des communes de N’Goa et de Djéguena ou les paysans sont victimes de l’accaparement de 8 000 ha de leur champs agricoles par une décision du préfet de San.
Malgré qu’une décision de justice du Tribunal d’administratif de Bamako n°318 du 25 Août 2016 est annuler l’arrêté n°96/P-CSA du 23Juillet 2014 pour abus de pouvoir, des paysans de ces 7 villages font l’objet d’harcèlement et d’arrestations arbitraires de la part des autorités de San.
De nos jours Alou DIARRA, Amidou DIARRA, Drissa TANGARA, Souleymane TANGARA tous paysans du village de Zemesso dans la commune du Djéguena et Boukadary TRAORE paysan de Dalla dans la commune de N’Goa sont à la maison d’arrêt de San
- Des convocations continuent de pleuvoir, aujourd’hui 28/07/2017, 10 convocations ont été données à des paysans de Zemesso et d’autres sont en cours.
Les voleurs trainent les propriétaires en prison, quelle justice ?
- L’UACDDDD/NOVOX – Mali membre de la CMAT (Convergence Malienne contre l’Accaparement des Terres) et de la Convergence Globale des Luttes Terres et Eaux Ouest Africaine (CGLTE –O.A), lance un appel aux autorités du Mali pour la libération immédiate et sans conditions de ces militants. Elle demande une enquête sur les hautes autorités complices et membres d’une mafia organisée pour la fortune.

Nous lançons un appel à tous nos alliés et personnes engagées pour la cause du droit et de la justice, à tout politique épris des valeurs de droits humains, pour rendre justice à ces victimes et une lumière autours de ces affaires.

Communiqué de Convergence Malienne contre les Accaparements des Terres (CMAT)

Informations concernant les arrestations des paysans de l’UACDDDD/NO-VOX/CMAT à San.

Suite à une mission de la CMAT pour rencontrer les autorités judiciaires et les communautés villageoises, sur les raisons de l’arrestation et des multiples plaintes contre les paysans ;
Il a été constaté :
1- Les Plaintes sont faites sciemment pour empêcher les paysans de cultiver leurs terres en cette période d’hivernage.
Pour aller répondre à ces plaintes les paysans ont 30 à 40 km à faire et ils sont retenus pendant 72 heures avec des vas et viens devant les juges.
2- Concernant les paysans arrêtés :
Les délégués de la mission ont rencontré les autorités judiciaires en occurrence le substitut du procureur.
Plusieurs questions sont restées sans réponses, donc le droit n’a pas été respecté.
Plus grave la mission a constaté que le procureur a fait fis des lois. Le jugement n°318 du 25 Août 2016 est tranché par le Tribunal Administratif de Bamako qui a annulé l’arrêté n°96/P-CSA du 23 Juillet 2014 du préfet de San portant attribution des terres des paysans, hors en matière de justice administrative, l’appel n’est pas suspensif. Seule la révision faite sur une décision rendue par la section administrative de la Cours Suprême est suspensive.
Aujourd’hui nous n’en sommes pas à ce niveau. Le procureur par refus de respecter la loi s’accroche à un seul faux argument, qui est l’interjection (l’appel) sur la décision d’annulation du tribunal administratif. Cela est une erreur qu’un procureur est sensé ne jamais commettre, mais c’est la justice malienne !!!
« Le mardi 25 Juillet 2017 les paysans ont été convoqués au tribunal de San suite à une demande de liberté. Une fois que les paysans aient été relâchés par le président du tribunal, le procureur fit appel pour les maintenir toujours en prison.
C’est suite à une négociation engagée, que trois des paysans arrêtés ont retrouvé leur liberté, deux (2) restent toujours en prison. L’affaire est à suivre.
Malik SIDIBE PROCUREUR de SAN : 00223 76 53 95 67

Depuis l’arrestation des 5 militants de Senou des avocats ont fait leur lettre de constitution et UACDDDD a envoyé des lettres auprès des ministres le juge ( Dramane Ouattara de la commune VI du district de Bamako) pour bloque toute voix et moyen de UACDDDD de libérer les militants, c’est donné un congé d’une semaine, chose qui bloque toute procédure de libération des militants, nous restons toujours à l’attente. Son retour est annoncé pour le Lundi 7 août 2017.
Les spéculateurs se tapent la main, croyant faire un forcing pour opérer sur le terrain nos militants mobilisé veille sur leurs terres.

Un article au hasard

Quand La Mer se déchaîne...

Loi travail, journée de carence en péril et maintenant attaque sur les congés...les agents municipaux de La ville de Caen et de Caen La Mer en arrivent à travailler et dormir le poing levé !
L’administration n’a rien trouvé de mieux que de vouloir réduire leur solde de congés annuels de 39 H... Passer de 1568 h de travail à 1607 h...quel arnaque !
Petit sondage, une semaine de plus au turbin, ça vous branche ?
39H...d’ailleurs, un joli clin d’œil patronal à la période prè-Aubry...
À croire que les (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don