Du web à la rue, il n’y a qu’un pas : contre la loi du travail, mobilisons nous !

, par Résistances

Une gauche « moderne », prenant le relaie d’une droite décomplexée, n’a de cesse depuis son accession au pouvoir d’augmenter la cadence infernale de la machine libérale : les politiques menées portent de nombreux coups violents et répétés contre les travailleuses et les travailleurs, tout en cherchant à détruire tout ce qui pouvait les unir.

Premier round avec la loi Macron qui arrache quelques pages supplémentaires du Code du travail, détruit le CDI, favorise les licenciements, ampute le conseil des prud’hommes, englue la justice sociale. Puis la loi Rebsamen (DUP, NAO, CHSCT) concordance et complément de la première. Aussi, les syndicats sont toujours plus muselés par le gouvernement, avec loi sur la représentativité, celle sur le financement des syndicats et avec l’idée d’un « sénat social » (intégration d’une partie des organisations syndicales par l’absorption d’une partie du CESE). Déjà une somme de reculs très nets du droit des travailleuses et des travailleurs, et une avancée terrible dans la sécurisation de la délinquance patronale.

Cette politique va de pair avec une destruction des services publics mise en œuvre de façon plus accentuée (la santé, notamment les hôpitaux, et l’action sociale, le logement, l’éducation) et qui nous inquiète bien que nous ne soyons pas attachés foncièrement à une gestion étatique desdits services publics. Bien sur, le système capitaliste s’en satisfait et en redemande.

Deuxième round, que certains espèrent décisif, avec d’un côté une équipe formée par le scandaleux projet de loi dit El Khomri attaquant de front une nouvelle fois le Code du travail qui va encore augmenter l’exploitation et la précarité des employé-e-s et la nouvelle convention UNEDIC qui rogne encore davantage les droits des chômeurs et des chômeuses. De l’autre, nous : lycéen-ne-s, étudiant-e-s, chômeu-se-rs, travailleu-se-rs, retraité-e-s. Le droit du travail, comme l’ensemble du droit d’ailleurs, n’est que la photographie à un moment donné du rapport des forces entre salarié-e-s et patrons. Ainsi nous ne défendrons pas le Code du Travail pour ce qu’il est aujourd’hui, un outil déjà fort utile aux patrons, mais parce que les nouvelles rédactions aggraveraient les possibilités offertes au patronat. Cette fois-ci, nous ne jetterons pas sur le ring ni serviette ni éponge.

Feintes, esquives et petits pas de côtés du personnel politique de l’écurie patronale et d’organisations dites réformistes vont tenter de balayer l’unité et la mobilisation naissante. Ces lois anti-sociales, et celles qui renforcerait d’avantage le pouvoir autoritaire de l’état avec toujours plus d’outils de surveillances des populations et de dispositifs répressifs, n’apportent en rien de nouvelles libertés et protections sociales : allongement de la durée maximale du travail par jour, diminution des salaires sur simple accord d’entreprise, procédure de licenciement encore assouplie, travail du dimanche imposé même si les syndicats le refusent majoritairement, réduction et dégressivité des indemnités chômage, etc.

Nous avons que trop perdu depuis plusieurs années. C’est pourquoi le collectif Alternative Libertaire du Pays d’Auge (CALPA) appelle à renvoyer le patronat dans les cordes et mettre KO les Macron, Valls, El Khomri et consort en construisant ensemble la grève générale qui s’impose pour les faire plier durablement. Premier rendez-vous à Lisieux le mercredi 9 mars 2016 à 12h, place François Mitterrand.

Le 6 mars 2016.

Un article au hasard

Solidarité internationale contre la répression en Catalogne : liberté pour les prisonnier-es politiques !

Nous exprimons notre solidarité avec le peuple catalan qui, pacifiquement, s’est mobilisé de manière massive pour défendre son droit de décider de son avenir. Nous condamnons fermement la répression policière. Plus de 10.000 agents des forces de sécurité de l’Etat ont essayé d’empêcher la tenue du référendum du 1er octobre. Face à la répression de l’Etat espagnol ; qui a fait plus de 844 blessé.es par la Guardia Civil et la police de l’Etat espagnol, le peuple a voté, avec plus de 3 millions de votant.es dont (...)

free[G]allery est une plate-forme de photographies militantes ou de découvertes, ouverte à toute personne adhérant à l'idée du libre partage et de la copyleft attitude. Découvrir

anti[K]network est un réseau social militant, ouvert, sans pub, respectueux de la vie privée et autogéré par toutes celles et tous ceux qui cherchent à construire collectivement un autre monde. Découvrir

free[B]logs est une plateforme libre qui vous offre la possibilité de créer en quelques clics, gratuitement et sans publicité votre blog. Découvrir

free[C]loud est un outil libre et gratuit qui vous permet de synchroniser vos docs, agendas, contacts, etc. sur vos téléphones, tablettes et ordinateurs. Découvrir

Soutenir par un don